Le viol de la page vierge feat. le Perce​-​Oreille

from by CéZuRe

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

lyrics

Le viol de la page vierge
Paroles : CéZuRe et le Perce-Oreille Beat : Smilé-Smahh pour studio Quai#6

Ça commence : les consonances j'amasse, la page vierge j'ensemence
Bon, place aux rimes assommantes, je l'empale de ma lance immense
Que de douleurs lancinantes , je ne m'en lasse, m'élance, l'enlace
Ah, cette si douce insolence, mais le silence elle casse hélas
Animée, tel un hentaï, elle crie, sa voix s'éreinte, éraille
Arrête! Je t'entaille entre tes reins et puis pénètre tes entrailles
À la fois horrible et torride, j'ai des envies pléthoriques
J'ai la plume érigée, rigide, ta jouissance est théorique
Tout érotisme j'éradique, l'amour n'est que fantomatique
L’abats jusqu'à ce qu'elle abdique, traumatisme automatique
Elle crie à l'agonie, m'agonit, vive la polygamie
Comme son cœur a racorni, elle s'y plie tel l'origami
Textes bâtards probatoires, issus de maladroits trips à trois
Mince ligne entre répertoire, abattoir, ils se sentent à l'étroit
Une fois face à l'auditoire, sur son sort, elle ne s'apitoie
C'est moi la star, cesse de faire l'étoile, allez là, rhabille-toi

À ma charmante chatte chaste
En surface à tes lèvres sales tachées d'attachement
Ma dèche agit en chasse-tache
Watche ta sale vache chaque fois qu’je chasse la snatch saches
Qu’un pion ça s’trashe, qu’une reine ça s’crème
Dès qu’le pèse-mine s’exprime le sexe prime
Par-exprès j’brime, crime, ta fente flanche
J’doigte ma page blanche, ma valence aux avalanches à violences
Dont j’dévale au vent levant les hanches
Quand j’enfonce mes longs ongles jusqu’aux phalanges
Dans’ fente en ch’min d’croix d'une archange et qu'j'entends «ouch!»
Ces dimanches-là dans ma paroisse, quand la Foi j’froisse
J’passe au sécateur mes détracteurs
À leurs rétorques de snob, j’garoche des tracteurs
Voire des remorques de «fucks», parlant d’fuck
Fuck la shit hypnotique de ces monotones à’ tonne
Ces larves valorisées, ces violeurs de l’art valent pas la risée
Mon cerveau mal apposé m’a l’ar’polariser
À l’opposé des propos propices au positivisme
Imposons nos poésimmondices

Ma libido n'abandonne, cet hédoniste est sélectif
Ma madone, je ne m'adonne à l'onanisme intellectif
Trop peu savent se prendre en main, donc leurs descendances se répandent
Indécence, mais pourquoi se reprendre, ils s'en branlent, n'en débandent
Impossible de nous sentir, comme ton rôle de martyre m'attire
Impassibles sont ces satyres, transformons ton drame en satire
Contemplons tes cicatrices, allez, compte-moi donc tes caprices
Prise à revivre ces cas tristes, elle s'improvise imprécatrice
Ces querelles m’écœurent, j'en ai ma claque des conneries qu'elle relate
Je l'écarte, éclate, écartèle, jusqu'à ce qu'elle vire écarlate
J'enrage, en arrache, chirurgicale sera chaque déchirure
La ravage, hachure, allez, rugit, régurgite tes injures
L'antéchrist se glisse entre tes cuisses, mes envies sont excessives
Nos sexes s'intriquent, dès lors l'art s'esquisse, tu t'agites, ne m'esquives
Être excentrique, si mon lexique t'excite, j'exige qu'on t'excise
Une à une les lettres s'écrivent, mes textes ne s'étriquent, cesse tes crises

Les kamikazes qui me casent comme «macaque cocu»
Ben ’leur concocte une coqueluche
Leurs moqueries j’m’en moque, du moment qu’c’est mon cock que lichent
Leur coquines copines ac’ qui ’m’accoquine et où j’cloue mon cock in
Ouais su’l cockpit de ton pick-up ta copine beatnik j’t’la pique, Nick
Au sol leurs breloques Roxy, qu’mon cock leur disloque le coccyx
Racoleur et à leur col leur colporte la rognure du sexe
Cette sensation décalée de cogner une connasse cul sec
Men leurs larmes quand sous leurs charmes j’creuse
Me réchauffent la langue comme un shooter de chartreuse
Ces puristes sont crissement déçus
Soudés en un mur hérissé de s’ringues à sérum
À bas l’industrie acérée et ses cédéroms décédés
Desserre-moi d’sa censure, laisse-moi m’verser l’rhum
J’renonce à c’bassin d’sangsues m’terrassant sans surcis
Sirotant les racines intextiquées, à chaque estie d’insulte, stickés au sexisme
J’t’exténué d’mes textes hués, j’t’insèrerais une nuée d’t-rex dans l’rectum
Question d’rectifier l’tir, extirpe-moi des planches, estie

Mon érection a ses raisons, c’est sa saison t’es assiégée
Ses assaisonnements asséneront leur massage assassin
J’dévisage ton vagin, ma page passe du hard au cru
Ma bite rapide te dilapide les papilles et t’arrache la marde hors du cul
Orphée féroce, j’décoche mes vers hostiles comme un vrai gosse précoce
Décoche son lait d’poche su’é lèvres moches gorgées d’gloss
D’sa copine dins bécosse d'école, j’suis né sans négociation possible
Hostile des testostéones, j’te déteste ostie, run
Bon, je me comble, la désencombre, c'était toute une hécatombe
Elle sort de ses gonds? Non, se dévergonde, montre ses hématomes
Quel mécontentement, quel mécompte, je la viole et la féconde
Ce n'est un compte d'amant, comment en parle-t-elle d'une telle faconde?
Figures de style d'acrobate; «hey, bas les pattes, sale psychopathe»
Je lui massacre la syntaxe, qu'elle s'en vante m'estomaque, épate
Ça s’amorce, hostile, elle résiste, lorsque je l’amoche, désiste
L'histoire du poète au style machiste et la vierge masochiste

credits

from CéZuRe, released July 2, 2013

tags

license

all rights reserved

about

CéZuRe Montreal, Québec

CéZuRe n.m. Être atteint d'une sévère psychose des rimes, équipé d'un verbomoteur d'environ 4 milles chevaux (passant d'une à dix syllabes en une seconde). Mi-homme, mi-machine; manuel d'instruction compris à l'achat de tout CD

DANGER : Ne pas nourrir le CéZuRe!!
... more

contact / help

Contact CéZuRe

Streaming and
Download help

Redeem code